MCS dans la presse...

Martens Cuve Services, spécialisée et reconnue pour son efficacité dans le nettoyage, la dépollution, l'évacuation et le pompage de mazout apparaît dans la presse, découvrez les articles !

Même les petites citernes à mazout bientôt contrôlées en Wallonie: que devrez-vous faire si votre citerne n'est pas aux normes?

Dès le mois d'avril 2020, une nouvelle réglementation concernant les citernes à mazout comprises en 500 et 2.999 litres (soit la grande majorité) entrera en vigueur. Auparavant, elles n'étaient soumises à aucun contrôle ni aucun agrément. Les choses vont donc changer, mais en partie seulement. Explications.

Année après année, l'environnement devient une préoccupation de plus en plus importante pour les autorités politiques. De nombreuses mesures sont prises, comme la mise en place de LEZ (zone de basses émissions) dans les grandes villes, où certaines catégories de voitures ne sont plus autorisées.

D'autres mesures vont entrer en vigueur dans les mois à venir, et c'est Olivier qui nous a prévenus de celles sur les cuves à mazout. "J'ai découvert par hasard que la Région wallonne venait d’approuver une nouvelle réglementation concernant les cuves à mazout de 500 à 2.999 litres", nous a-t-il écrit via le bouton orange Alertez-nous.

Et les modifications semblent lourdes de conséquences pour notre témoin, qui évoque l'arrivée de normes sur les 'petites' citernes, qui en étaient exemptes auparavant. "Je ne vois pas pourquoi nous devrions tout à coup payer pour pouvoir continuer à fournir du chauffage à nos deux enfants en bas âge", s'indigne-t-il.

La Wallonie durcit effectivement les normes sur le stockage de combustible, rendant le mazout de chauffage encore moins attractif qu'auparavant par rapport aux alternatives.

LIRE LA SUITE SUR LA SOURCE
Source: Même les petites citernes à mazout bientôt contrôlées en Wallonie: que devrez-vous faire si votre citerne n'est pas aux normes?, RTL INFO - Mathieu Tamigniau - 16 janvier 2020
Lire l'article sur RTL INFO

Changements pour les cuves à mazout en Wallonie: ce qu’il faut savoir

En Wallonie, le mazout de chauffage est préconisé dans un ménage sur deux. Avis à tous les détenteurs de citernes, des changements importants sont prévus en 2020.

Les contrôles sont destinés à mesurer l’étanchéité et à vérifier l’état général de la citerne. Si tout est en ordre, une petite plaquette verte sera apposée sur le bouchon, autorisant le remplissage. Dans le cas contraire, la couleur rouge symbolisera l'interdiction. Une plaquette orange imposera une mise en conformité dans les six mois à venir.

Les futurs propriétaires seront obligés d'acquérir une cuve à double paroi, et la mise en conformité touche aussi ceux qui s’apprêtent à mettre leur maison en vente: les citernes devront répondre aux nouvelles normes pour tous les biens vendus à partir de mai 2020. Prix estimé des nouveaux modèles: plus ou moins 2.500 euros contre environ 1.500 euros pour une citerne classique.

Pas encore appliqué, le texte fait déjà débat. “Il est très loin de l’idée initiale (...) Il était question d’établir un cadastre des citernes à mazout en Wallonie et de mettre en place une sorte de programme mise en conformité avec de longues périodes transitoires”, explique Olivier Neirynck, porte-parole de la fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco), à nos confrères.

À l’instar de ce qui est déjà en vigueur pour les cuves de plus de 3.000 litres, les citernes d’une capacité comprise entre 500 et 2.999 devront être déclarées. “C’est une déclaration de type 3, assez simple, à faire au niveau de la commune”, rassure Thibaut Martens, responsable de Martens Cuve Services, interrogé par RTL.

Vous êtes actuellement détenteur d’une citerne classique de 1.200 litres installée dans votre garage? “Si vous ne vendez votre maison que dans 20 ans, cette citerne va rester telle quelle, sans avoir été vue par quelque contrôleur que ce soit”, résume Olivier Neirynck à RTL. “Ce texte contient des contradictions et des phrases mal tournées rendant son application compliquée. Il doit être, de notre point de vue, revu.”

Source: Changements pour les cuves à mazout en Wallonie: ce qu’il faut savoir, 7SUR7 - lundi 03 février 2020
Lire l'article sur 7sur7

Cuve à mazout à simple paroi? Vous allez devoir la mettre en conformité

Une nouvelle réglementation concernant les cuves à mazout entrera en vigueur le 13 mai prochain. "Les nouvelles installations devront obligatoirement être en double paroi", explique Thibaud Martens, patron d’une entreprise spécialisée dans la région de Feluy.

C’est l’un des grands changements de cette réforme puisqu’actuellement il reste encore de nombreuses cuves à simple paroi chez les particuliers, et donc sans deuxième cuve pour récupérer le mazout en cas de fuite. "Ces cuves devront aussi contenir une jauge par en haut et non plus latérale, la prise devra se faire par en haut et toutes les cuves devront contenir un système anti-débordement."

Un Belge sur trois et un Wallon sur deux se chauffent via une cuve à mazout. Ils devront tous mettre leur cuve à mazout en conformité d’ici deux ou trois ans.

Les contrôles à l’avenir seront également plus stricts. "Actuellement, on contrôle tous les 3, 5 ou 10 ans pour les simples parois et 10 ans pour les doubles parois, indique Thibaud Martens. Avec cette réforme, il n’y aura plus que deux échéances bien distinctes : 3 ans pour les simples parois et 10 ans pour les doubles parois."

Ces mises en conformité auront évidemment un coût pour le particulier. On estime qu’une cuve à simple paroi coûte 1500€ alors qu’une double paroi coûte 2500€.

Source: Cuve à mazout à simple paroi? Vous allez devoir la mettre en conformité, RTBF INFO - Nina Zanatta, Guillaume Woelfle - lundi 03 février 2020
Lire l'article sur la RTBF

Evacuation Camion Citerne


Monceau-sur-Sambre: un camion-citerne sur le flanc

Un camion-citerne de la firme Scipioni a versé », ce matin, alors qu’il circulait dans la rue des Douze Apôtres, à Monceau-sur-Sambre. Le conducteur est indemne, mais la police a fermé l’accès à cette route. Le camion véhiculait des milliers de litres de mazout, qu’il va falloir évacuer du transport avant de pouvoir redresser celui-ci.

Les pompiers de Charleroi ont été alertés peu après 8 heures, ce jeudi matin. Un camion-citerne venait de basculer sur le côté droit de la rue des Douze Apôtres. Le conducteur avait pu s’extirper lui-même de son poste de conduite. Pris en charge par les secours, il a été acheminé vers l’hôpital Vésale pour des examens complémentaires. Reste que les opérations de secours n'étaient pas finies pour autant. En effet, avant de pouvoir redresser le camion-citerne, son chargement devra être évacué. Problème : les manettes qui permettent l’ouverture des trappes se trouvent sur le flanc droit du véhicule, du côté précisément où le camion a versé.

Outre la police et les pompiers de Charleroi, la Protection civile a été appelée en renfort. La route a été fermée à la circulation. La société Martens Cuve Services est chargée du pompage du mazout.


Suite à un accident de camion-citerne à Thulin le 07/10/16. MCS a été chargé de pomper les 32 000 litres de diesel répandu dans la voirie suite à l'accident, afin de dépolluer le site.

Nettoyage et dépollution


Le compartimentage n’a pas résisté : les 32.000 litres se sont déversés

Une entreprise spécialisée intervient, en urgence, au rond-point des Canadiens.

L’accident de camion-citerne qui s’est produit, mercredi à 15 heures, au rond-point des Canadiens à Thulin, suscite encore beaucoup d’interrogations dans le chef des autorités communales. Ouvriers communaux, protection civile, pompiers, police de l’environnement ont été rejoints par une société spécialisée en carburant, Martens Cuve Services.

À pied d’oeuvre depuis mercredi soir, la société tentait toujours de limiter la casse, ce jeudi. Et pour cause, la totalité du chargement de diesel s’est déversée dans la nature. "Nous pensions au départ que le compartimentage des cuves avait résisté", explique Eric Thiébaut (PS), le bourgmestre. "Au final, lorsque toutes les équipes étaient en place pour relever le camion, nous avons ouvert et tout avait été vidé."

Au total , 32.000 litres de diesel se sont déversés suite à l’accident, provoquant une importante pollution sur plusieurs centaines de mètres. Du diesel s’est écoulé sur la voirie, dans certains égouts mais aussi dans les fossés. "Un barrage a été fait par les ouvriers de la commune", explique Thibaut Martens, de la société Martens Cuve Services, présent sur terrain avec ses équipes. "Malheureusement, le fuel était déjà parti dans le fossé situé à la rue du Marais. Nous avons pompé tous les caniveaux et les fossés dès mercredi soir. Nous avions aussi commencé à excaver les terres. Nous sommes en train de pomper pour reprendre tout ce qui est hydrocarbures. Vu le volume, nous avons déjà pompé quelque 27.000 litres d’eau, de terres, de cailloux et bien sûr, de diesel."

Sur toute l’intervention, qui devrait encore prendre plusieurs jours, près de 80.000 litres pourront être pompés. "C’est une pollution assez importante. Lorsqu’il y a eu le déversement, ça ressemblait à une cascade de diesel. Il est certain que le diesel ne coulait pas goutte à goutte."

Pour l’heure, un système de séparateur a été mis en place afin de pomper davantage d’hydrocarbures et ainsi éviter les déchets. "Nous l’avons installé au point le plus critique, au niveau du fossé. Le risque est désormais circonscrit. Ensuite, nous devrons sûrement assécher les fossés pour les curer." Au niveau du coût de l’opération, la dépollution risque de coûter un pont aux assurances du camion-citerne accidenté. "Plusieurs milliers d’euros", nous dit-on.

Quant aux riverains situés à proximité du périmètre, les inquiétudes peuvent être levées. "Il n’y a absolument aucun problème avec l’eau courante. La population n’est pas en danger", a assuré le bourgmestre.



Pollution à Thulin : 25.000 litres de diesel récupérés

Mons-Centre Hensies Les fossés sont toujours en cours de curage après l’accident au rond-point des Canadiens

Les interrogations quant à la pollution suite à l’accident d’un camion-citerne, survenu mercredi dernier au rond-point des Canadiens à Thulin, sont en passe de trouver quelques réponses. L’assainissement du périmètre pollué est toujours en cours mais les premières interventions sont encourageantes.

Pour rappel, la totalité du chargement, soit 32.000 litres de diesel, s’est répandue dans la nature. Le compartimentage du camion-citerne n’avait pas tenu, tout le diesel s’était déversé sur la voirie (à la rue du Marais), dans les égouts, les fossés et les champs. La pollution ne faisait aucun doute. L’intervention avait d’ailleurs nécessité des moyens importants comme la présence de multiples acteurs dont les pompiers, la protection civile, la police de l’environnement...

Ainsi, sur plusieurs centaines de mètres, le carburant s’est infiltré partout. Le système de séparateur mis en place, jeudi dernier, afin de pomper davantage d’hydrocarbures que des déchets porte ses fruits. Hier, selon les estimations des spécialistes, quelque 25.000 litres de diesel ont déjà pu être récupérés et sont en cours de traitement.

La voirie menant au rond-point, bouclée à la circulation suite à la pollution, a été rouverte vendredi soir. "La route a déjà été réasphaltée", précise Eric Thiébaut (PS), le bourgmestre de Hensies qui a suivi de très près ces mésaventures. La dépollution aux alentours dans les fossés, étangs et champs est toujours en cours. "Nous avons déjà pompé 80.000 litres de terres, d’eau, de cailloux et de diesel", explique Thibaut Martens, de la société Martens Cuve Services qui est à pied d’oeuvre depuis mercredi soir. "Nous avons commencé à cuver les fossés en réalisant des barrages pour filtrer les eaux. Des analyses de sol doivent encore être réalisées pour évaluer la situation et les prochaines interventions. Au niveau des étangs, il n’y a pas eu de souci. Nous estimons qu’il reste plus ou moins 10.000 litres à curer dans les prochains jours."

Le scénario catastrophe a donc pu être évité même si le travail d’assainissement n’est pas encore terminé. "Un prochain état des lieux importants sera réalisé à la fin du mois d’octobre. Et en fin d’année, je pense que les lieux seront complètement assainis mais il faut encore attendre les résultats des prochaines analyses."

Le bourgmestre se dit, lui, relativement satisfait des efforts déployés pour réagir au plus vite face à cette pollution. "L’efficacité et la vitesse d’exécution de l’entreprise, appelée en urgence dès mercredi soir, sont à saluer".